De l’importance de l’opposition droite-gauche

Par LOUNIS JAHIDI,
Étudiant en 2A au campus Moyen-Orient Méditerranée à MENTON

Au nom de l’association étudiante La Fabrique Politique


Le rôle du socialisme c’est d’anticiper l’avenir, par contre, celui de la droite est d’y parvenir.”

Bettino Craxi (1983)

Toute opposition binaire apparaît comme structurante au sein de tous systèmes de pensées ou d’actions. Néanmoins, il n’est pas question ici de nier le caractère pluriel du débat politique mais, au contraire, de soutenir l’idée qu’un dynamisme permanent et nécessaire accompagne ce système. Nous ne parlerons donc pas ici d’une défiance essoufflée, mais d’une complémentarité à entretenir. Comprendre l’intérêt de cette complémentarité, c’est à mon sens comprendre le sens du jeu politique. Entre altérité et pluralité, si l’échange est certes nécessaire, le rôle essentiel du caractère manichéen du système politique français (et occidental de manière général) est qu’il s’attache à l’élaboration d’une pensée collective et complète et où l’inconscient politique individuel participe d’un progrès humain. Toute pensée qui s’attacherait à renier le fonctionnement de ce système au nom d’une prétendue modernité soutient une certaine dégradation de la pensée d’un point de vue humain et politique.

En effet, penser que l’opposition droite-gauche au sein de notre système politique est dépassée revient à nier à la fois l’apport intellectuel qui a été permis, mais également à simplifier l’idée de progrès. Notons que lorsque que nous parlons des courants de gauche et de droite nous ne parlons non pas de partis politiques mais de catégories de pensées. Ces dernières s’opposent, se complètent, s’alimentent, mais en définitive permettent une dynamique de construction du discours et donc de l’action politique. Ainsi, la pensée politique se construit essentiellement par opposition. Celle-ci ne peut pas se permettre d’être individuelle, doit tendre vers la pluralité, mais en définitive s’exprime au travers d’une binarité. Soutenir une logique binaire, c’est dans un premier temps soutenir le débat, c’est permettre à l’impensable d’être pensé. Aucun camps ne peut se targuer d’être le seul acteur possible de la réussite commune, de permettre le progrès ou d’être le bénéficiaire d’une quelconque volonté populaire. Cependant, l’entretien de cette dynamique est aujourd’hui plus que nécessaire. 

Les discours de notre temps qui soutiennent l’idée que l’organisation manichéenne de notre système politique est dépassée n’ont, à mon grand regret, pas réellement compris les enjeux du débats d’idées. Il advient nécessaire pour eux de comprendre que chaque camp est vital pour l’autre. Outre le fait que chacun peut se construire en opposition ou alimenter son idéologie en réaction à son opposé, l’opposition droite-gauche traduit un réel système de pensée et d’action. En effet, il semble que le rôle de la gauche soit de penser à l’idéal et charge à la droite d’entretenir le réel. 

Enfin, en ce qui concerne les partis dits « antisystèmes », il n’est pas de plus piètre mascarade. Toute émergence d’un parti, d’un mouvement ou de quelconque formation politique s’inscrit inévitablement dans un courant d’idée plus ou moins structuré dont les soubassement s’attachent à cette opposition entre la droite et la gauche. Entre la révolution à gauche du parti mélanchoniste ou l’appropriation gaullienne de Marine Le Pen, le système d’alternance des partis DEMEURE inévitable. ▣

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s