TikTok : et si c’était l’heure du changement ?

Par JOSEF NASR,
Étudiant en 2A au campus franco-allemand de NANCY


Tik – tok. Deux simples et anodines syllabes, qui ne viennent pas ici désigner le bruit reconnaissable de l’horloge (« Tic-Tac » légère différence orthographique) mais viennent nommer un réseau social qui à l’instar de la pendule, sonne bel et bien l’heure du changement.


L’application Tik Tok est née en septembre 2016, elle permet la création et le partage de courtes vidéos (entre 3 et 60 secondes) et ce accompagné d’un fond musical. De nombreuses tendances, notamment des danses, y ont vu le jour et sont devenues très populaires faisant le tour du monde. Le réseau social a aussi été au cœur de l’actualité, puisque TikTok a en effet été accusé par les Etats-Unis de récolter des informations sur ses utilisateurs. Donald Trump avait alors menacé de bannir le réseau social des Etats Unis s’il n’était pas repris par une entreprise américaine. Sauvé de justesse, Tik Tok continue son ascension sur le sol américain et dans le monde entier. 

Au-delà des problématiques politiques engendrées, TikTok s’inscrit dans un paysage de réseaux sociaux déjà bien rempli, et pourtant avec près d’un milliard d’utilisateur le réseau social semble avoir trouvé un espace encore vacant au milieu de ses populaires prédécesseurs. Mais lequel ? 

Tiktok un OVNI dans le paysage des réseaux sociaux

On ne peut pas ranger Tiktok dans les familles traditionnelles des réseaux sociaux. Tiktok ne se veut pas être une vitrine où les utilisateurs se montrent sous leur meilleur jour, au contraire les contenus où l’on voit des personnes cheveux ébouriffés encore dans leur lit sont monnaie courante et sont même très populaires. Tiktok n’est pas non plus un réseau où l’on se montre en se cachant. Une grande partie des utilisateurs ne filtre pas l’image qu’elle renvoie, c’est une des premières caractéristiques de Tiktok et ce qui en fait sûrement sa particularité. Le contenu se veut sincère et naturel, les créateurs se contentent d’être eux-mêmes : dans leur cuisine, dans leur salle de bain, dans leur voiture, marchant dans la rue… Le masque de Goffman semble ici tomber. Tiktok est la plateforme où les utilisateurs se montrent pour ne plus se cacher. 

Au-delà des problématiques politiques engendrées, TikTok s’incrit dans un paysage de réseaux sociaux déjà rempli, et pourtant avec près d’un milliard d’utilisateur le réseau social semble avoir trouvé un espace encore vacant au milieu de ses populaires prédécesseurs. Mais lequel ?

L’application se pose à l’opposé de ce que des applications comme Instagram véhiculent, une course à l’apparence, une mise en scène de soi. Tik Tok se différencie profondément des autres réseaux sociaux puisque les utilisateurs s’y livrent d’une façon qui semble être moins contrôlée que sur les autres réseaux sociaux. Si les émotions comme la tristesse, la mélancolie, la dépression sont sous-représentées sur les réseaux sociaux, elles sont au contraire surreprésentées sur Tik Tok. 

Une différence supplémentaire avec les autres réseaux sociaux, est que Tik Tok semble pouvoir renforcer les liens forts. Les réseaux sociaux traditionnels renforcent les liens faibles, mais ne changent pas les liens forts. Sur le réseau social on renforce des liens existant en partageant du contenu avec des personnes que l’on connaît déjà, mais l’on crée aussi des ponts avec des personnes que l’on ne connaît pas, que l’on découvre grâce à l’algorithme et au principe de « for you page ». 

L’idée de sérendipité vertueuse permettant d’avoir un fil d’actualité enrichissant sur les réseaux sociaux prend tout son sens avec Tik Tok. L’algorithme permet d’avoir un fil d’actualité tout à fait en adéquation avec l’utilisateur. 

Mais alors que se passe-t-il chez ce petit nouveau qui dévie du schéma classique ? 

Tiktok, le réseau social qui marche au réel

La particularité de Tiktok, et qui nous fait entrapercevoir une grande différence, est qu’il s’agit d’un réseau social qui fonctionne au réel : il utilise le réel dans son principe et agit par la suite sur le réel. 

Une des caractéristiques de Tiktok est sa façon d’utiliser le quotidien. Le réseau social exacerbe le réel en utilisant la banalité comme moteur de son fonctionnement. Le format de courtes vidéos, va dans ce sens, puisque l’on voit des personnes lambda se filmer dans la vie de tous les jours. Les utilisateurs se filment dans leur cuisine, dans leur salle de bain (même assis dans leur douche ou dans leur vasque !), dans leur voiture, dans leur lit… Partout dans des lieux du quotidien dans lesquels nous évoluons tous, chaque jour. Le décor est commun et universel. Un exemple peut être celui de la tendance qui consiste à entrer dans sa salle de bain en se filmant dans le miroir, en donnant une information banale sur sa vie, à laquelle chacun peut s’identifier. 

En ce qui concerne le fond, une large partie des thématiques sont abordées avec humour et ironie. L’autodérision et la moquerie sont des composantes clés de Tiktok. On trouve ici l’apogée de l’humour de la génération Y et Z, suivant la dynamique de Vine et des memes : un humour dépréciateur, plein de sarcasme et virulent, tournant en dérision des problèmes pourtant parfois graves. Une tendance consistait en effet à se filmer en train de ranger sa « depression room ». Cela permet au contenu d’être beaucoup plus percutent et prenant, des problèmes profonds sont abordés et ce de manière humoristique. Les problèmes sont moqués et dédramatisés, on se les approprie en les détournant, en en rigolant. Ils s’ancrent ainsi dans la réalité.

Ensuite, après que ces problèmes universels sont abordés, il naît un sentiment d’appartenance. A travers ces courtes vidéos ancrées dans le réel, évoquant des problématiques communes, l’utilisateur se rend compte qu’il n’est pas seul. Tiktok permet de transformer le spécifique de l’individu, en universel qui parle à tous. Finalement, le réseau social permet de montrer que les utilisateurs rencontrent les mêmes difficultés, qu’ils font face aux mêmes situations quotidiennes, et cela crée inconsciemment et tout naturellement un sentiment d’appartenir à un groupe, à une communauté. Chez les jeunes, qui se sentent parfois exclus de par leur différence, ou qui se sentent tout simplement seuls, cela permet de les soulager, les rassurer. On retrouve notamment des jeunes qui critiquent les agissements de leurs parents, qui se préparent pour des rendez-vous, des garçons qui se maquillent… La tolérance est très présente, les jeunes se sentent compris et en sécurité. (safe space) L’idée d’unecommunauté était bien sûr déjà existante chez les autres réseaux sociaux, mais Tiktok exacerbe encore plus sa mise en place et surtout son côté positif. Le réseau crée une communauté immense, unie autour de thèmes communs et d’un sentiment d’une réalité commune ; chose très différente de chez d’autres communautés réunies autour d’influenceuses mode ou beauté par exemple, qui ne s’ancrent pas dans le réel, mais dans une certaine superficialité. Tiktok ne fuit pas la réalité, le réseau l’utilise.

On remarque même que les jeunes utilisent des gestes, des réflexions et des références à Tiktok dans la vie de tous les jours. Les spécificités de Tiktok s’exportent et  influencent le monde réel. Une tendance sur Tiktok d’ailleurs, était de se filmer en train de faire les gestes qui étaient devenus naturels de faire au quotidien venant de Tiktok. C’est une vraie communauté qui se crée qui se comprend et se reconnaît. Le risque d’une communauté qui s’enferme dans une bulle pouvant être éloignée de la réalité (problème des jeux vidéos) est évité puisque Tiktok repose justement sur la réalité. 

Parmi les informations partagées, de nombreuses permettent l’apprentissage.Tiktok éveille à des questions importantes. Il y a une critique virulente de ce qui ne va pas en matière politique et sociale, le contenu politique y est prédominant. Les utilisateurs peuvent être initiés aux questions de féminisme, de racisme, et ce toujours avec humour, ironie, à travers des tendances, en s’ancrant dans le réel. On voit du contenu qui dénonce la masculinité toxique, qui aborde le sujet sensible du viol aussi par exemple. Tiktok distribue des « bouts de savoir » qui ne peuvent être que bénéfiques.  (Même s’il faut toujours rester méfiant quant aux fake news). Les jeunes apprennent et manifestent leur mécontentement face à ce qui se passe dans le monde. 

Quand lesthématiques politiques font surface, tous les ingrédients sont réunis pour qu’il y ait un passage à l’action. L’envie de changer les choses dans le réel est naturelle, le fonctionnement de Tiktok mène à prendre part au réel pour changer les choses. Tiktok est un appel à faire et s’oppose à la passivité induite par la plupart des réseaux sociaux. Il ne s’agit pas simplement comme sur Instagram, au milieu des selfies, des plats aesthetic et des plages idylliques, de changer sa photo de profil pour un rond bleu. Sur Tiktok, la dénonciation sociale ou politique arrive au milieu d’un contenu auquel l’utilisateur s’identifie, l’information est marquante, percutante, utile et s’intègre à l’utilisateur, s’ancrant dans sa perception du réel. Une fois mis en avant, dénoncés, parfois moqués, les problèmes politiques  et sociaux sont pris en charge par les utilisateurs dans le réel. Le meilleur exemple est sûrement celui de la tendance qui consistait, aux Etats-Unis, à aller dans le jardin de son voisin, voler la pancarte de supporter de Trump, la détruire ou bien la repeindre en changeant le nom de Trump, par « racist ».  

Chez Tiktok naît un sentiment de ressemblance, les utilisateurs comprennent qu’ils se ressemblent, se rassemblent alors, créant une grande communauté unie autour de thématiques politiques et sociales, grâce au performant algorithme. La recette fonctionne : en utilisant la réalité comme outil, naturellement les conséquences s’ancrent dans le réel. 

C’est pour cela que Tiktok semble pouvoir avoir un rôle important, dans la mobilisation des individus et même dans les mouvements politiques et sociaux, et ce de manière plus conséquente que les autres réseaux sociaux. De manière encore plus générale, Tiktok semble insuffler un vent de renouveau caractérisé par une grande tolérance sur une partie du réseau, permettant notamment une plus grande acceptation de soi chez les jeunes ainsi qu’une représentation de la diversité longtemps ignorée. 

Évidemment, ce sentiment de tournant qui chamboule l’ancien est fréquent, à l’arrivée de réseaux sociaux, c’est l’apanage de la nouveauté. Tiktok saura-t-il rester cette exception au milieu de ses prédécesseurs ou cédera-t-il lui aussi, à l’uniformisation que subissent les réseaux sociaux ? Seules les aiguilles tournant au son du « Tic Tac » permettront de nous donner la réponse. ▣

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s